L’herpès génital, le «petit bobo» à grand impact

Julie, 23 ans, arrive dans mon bureau suite au diagnostic de l’herpès génital de type 1. Elle vit beaucoup d’anxiété, de tristesse et d’incompréhension par rapport à la maladie. Elle a de bonnes raisons d’être confuse puisqu’elle l’a attrapé de son copain qui n’avait aucune idée qu’il avait ce virus. Il n’a jamais eu de feux sauvages de sa vie, ni de boutons aux organes génitaux. Il est donc porteur du virus, mais asymptomatique.

Julie a vu 2 médecins ainsi qu’une psychologue depuis son diagnostic, il y a une semaine. C’est pour vous dire comment ce virus «innofensif» entraîne de gros bouleversements pour la personne qui l’attrape.  Elle a reçu de l’information technique (quoi que confuse), mais se trouve toujours aux prises avec une détresse émotionnelle qui l’affecte dans sa vie personnelle et amoureuse.

L’annonce du diagnostic de l’herpès génital entraîne une panoplie d’émotions telles que la tristesse, la honte, la colère, une diminution de l’estime de soi ainsi qu’une image corporelle négative. Plusieurs en viennent à éprouver du dégoût pour les contacts sexuels par peur de la transmission. Combien de fois ai-je entendu ces affirmations: «Je me sens comme une lépreuse» ou «Je me sens comme un gros bouton»… La personne en vient parfois à penser qu’elle est l’herpès génital.

Il est tout à fait normal de ressentir toutes ces émotions lorsqu’on apprend un tel diagnostic. Malheureusement, l’attitude de certains médecins est déplorable. Ils ont tendance à banaliser la situation étant donné l’aspect «inoffensif» du virus. Non seulement, les médecins ne tiennent pas compte du vécu émotionnel du patient, mais omettent certaines informations nécessaires pour prévenir la transmission du virus.

De plus, certains professionnels de la santé connaissent très peu cette affection et peuvent ajouter à la détresse des personnes qui apprennent à vivre avec le virus. Julie s’est fait dire par la psychologue qu’elle a rencontrée avant moi:  «Tu pourras toujours rencontrer un homme qui a la même affection que toi le jour où tu te retrouveras célibataire…». Comme si les gens aux prises avec l’herpès génital étaient voués à s’isoler entre eux. Plusieurs professionnels provoquent encore aujourd’hui, la stigmatisation des gens qui en souffrent. Dites vous bien que n’importe qui peut attraper l’herpès génital. Je me souviens d’une jeune femme venue me consulter après l’avoir attrapé lors de sa toute première relation sexuelle.

Julie a besoin de briser son isolement et de normaliser ses réactions émotionnelles et sexuelles face au diagnostic.  Cela demande de l’écoute et de l’empathie. Le rôle du professionnel de la santé est d’informer, de rassurer, de démystifier l’affection pour finalement assurer une prise en charge de l’herpès, mais aussi dans le but de permettre aux personnes affectées de retrouver une vie sexuelle active et épanouissante.

Voici donc des ressources aidantes pour mieux comprendre l’affection et surtout, mieux vivre avec :

www.herpeshealth.com/French/index.aspx

www.monpetitbobo.wordpress.com : ce blogue de trois filles sympathiques fait un bien immense aux gens qui sont affectés par l’herpès. Elles racontent leur vécu, dédramatisent l’importance de ce «petit bobo» et donnent des trucs pour bien vivre avec.

www.herpesalliance.org

Publicités

8 Responses to “L’herpès génital, le «petit bobo» à grand impact”


  1. 1 Isa 28 septembre 2011 à 18 h 23 min

    Bonjour,

    Je ne suis pas certaine de saisir votre propos; «assurer une prise en charge de l’herpès». Vous entendez quoi par cela exactement?

    Merci

  2. 2 Marie-Josée Drouin 28 septembre 2011 à 19 h 41 min

    Bonsoir Isa,
    Tout d’abord, merci de me lire.
    Assurer une prise en charge de l’herpès veut dire éviter le plus possible la transmission du virus en prenant les moyens nécessaires (ex : informer partenaire, utiliser préservatif, savoir reconnaître les symptômes avant-crise…).
    J’espère que cela répond à votre question,
    Marie-josée

  3. 3 Isa 28 septembre 2011 à 20 h 57 min

    Vous parlez donc d’une prise en charge «technique» de l’herpès…Une fois que l’on a «…normaliser ses réactions émotionnelles et sexuelles face au diagnostic.»
    D’où ma 2e question; normaliser, c’est s’adapter à sa nouvelle condition, c’est l’intégrer à notre vie?

  4. 4 Marie-Josée Drouin 29 septembre 2011 à 5 h 43 min

    Oui, tout à fait ! Le virus ne doit pas prendre plus de place qu’il le mérite dans les pensées et émotions des gens affectés. Pour plusieurs, c’est tout un processus pour y parvenir !

  5. 5 louloute 3 octobre 2011 à 6 h 10 min

    Bonjour Marie-Josee,

    merci pour ce post. Ma question est tres simple: comment gerer l’herpes dans un couple discordant?

    Merci par avance pour votre reponse

  6. 6 Marie-Josée Drouin 3 octobre 2011 à 10 h 20 min

    Bonjour Louloute,
    Votre question est simple, mais très large. Pouvez-vous préciser svp ?

  7. 7 Louloute 3 octobre 2011 à 10 h 55 min

    Je viens de rencontrer cet homme qui me plaît beaucoup. Nous avons discuté de l’herpès et il veut aller rencontrer mon médecin pour en parler (mais je vis dans un pays un peu compliqué qui se termine en -stan, et ai donc un peu peur de la manière dont le médecin va expliquer la chose). Jusque là l’attitude de mon partenaire est tout à fait normal.

    Mais je voudrais avoir toutes les informations pour savoir exactement où l’on va, ce qu’on doit absolument éviter, ce qu’on peut faire, etc.

    Dans la pratique, quelles sont les conduites à adopter pour minimiser le risque de transmission? toutes les pratiques sexuelles sont-elles ok? Faut-il en abandonner certaines? La prise du valtrex en continu est-elle une bonne arme de prévention? Le port du préservatif est-il obligatoire toute la vie sauf dans les périodes de « procréation »? Quel risque s’il y a l’oubli du préservatif dans la précipitation mais sous valtrex?

    Toutes ces questions qu’il m’est difficile de poser dans un pays musulman, dans une langue compliquée qui n’est pas la mienne (j’ai été diagnostiquée dans ce pays, ils n’ont pas réussi à déterminer le type d’herpès notamment).

    Je vous remercie par avance.

    ps: on parle beaucoup du diagnostic, de l’annonce au partenaire, mais on parle moins de la vie sexuelle quotidienne d’un couple discordant.

  8. 8 Anastasia 10 novembre 2012 à 17 h 46 min

    Bonjour je trouve que les questions de louloute sont très intéressante pourquoi vous n’avez pas répondu?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Qui suis-je ?

Je m'appelle Marie-Josée Drouin et je suis sexologue, psychothérapeute auprès de couples et d'adultes depuis 18 ans.